[accordion hideSpeed=”400″ showSpeed=”500″ single=”1″] [item title=”Cinéma algérien”]

C’est au cœur de la « guerre de libération » que le cinéma algérien a fait ses débuts. Malgré de faibles échos dans les programmations occidentales, il recèle des œuvres de qualité : le film de Mohammed Lakhdar-Hamina, Chronique des années de braise (Palme d’or 1975 au festival de Cannes), celui de Mohamed Zinet, Alger insolite (Tahyia ya Didou), Omar Gatlato de Merzak Allouache. Le septième art algérien s’est développé avec les festivals et les autres activités culturelles. L’Algérie, dans les années soixante, a également participé à des coproductions de grande valeur : La Bataille d’Alger(1966), L’Étranger (1967), Z (1969), Remparts d’argile (1970). L’Algérie, malgré son jeune âge, est le seul pays arabe et africain à avoir reçu une Palme d’or au festival de Cannes et l’un des trois pays africains à avoir gagné l’oscar du meilleur film étranger, avec l’Afrique du Sud et la Côte d’Ivoire. La qualité du film algérien est souvent mise en exergue par les nominations aux oscars et autres prix internationaux1.

[/item][item title=”Cinéma colonial en Algérie”]

L’arrivée du cinéma en Algérie s’est faite sous la domination française. Le cinéma était principalement utilisé à des fins de propagande auprès de la population algérienne. Le cinéma colonial servait à justifier les politiques établies, et à gagner la sympathie des Algériens. Le colonisateur empêchait le développement de l’industrie algérienne au profit de la production française et faisait obstacle à l’édification d’une industrie nationale de production de films. Bien qu’une quinzaine de films fussent tournées par année, il n’y avait aucune industrie sur place et toute la postproduction était faite en France.

Ces films dressaient généralement un portrait caricatural des Algériens et des Arabes. Les personnages arabes étaient sans profondeur, interchangeables et intemporels, et toujours joués par des acteurs français. Le film Le Désir (1928) d’Albert Durec, qui aborde le sujet de la polygamie, est un exemple de l’approche superficielle du cinéma colonial. Les décors sont tout aussi caricaturaux : palmiers, chameaux, femmes lascives…

 

[/item][item title=”Naissance du cinéma algérien”]

[/item][item title=”Les premières réalisations”]

[/item][item title=”Structures du cinéma algérien depuis l’indépendance”]

[/item][item title=”Nationalisation de l’exploitation cinématographique”]

Décret N.°64-241, du 19 août 1964. Création de « L’Institut National du Cinéma » (I.N.C.), place sous l’autorité du C.N.C Création de la « Cinémathèque Nationale Algérienne ». Décret N.°64-164, du 8 juin 1964.

[/item][item title=”Création de l’O.N.C.I.C”]

L’Office national pour le commerce et l’industrie cinématographiques, O.N.C.I.C, est créé en 1967.

Réglementation de l’art et de l’industrie cinématographique Ordonnance N.°67-52, du 17 mars 1967, modifiée et complétée par ordonnance N.°68-612, du 15 novembre 1968, modifiée par ordonnance N.° 69-34, du 22 mai 1969 (monopole de l’importation et de la distribution confiés exclusivement à l’O.N.C.I.C.). Arrêté du 15 mai 1970 fixant la date d’entrée en vigueur (1er juin 1970) du monopole attribué à l’O.N.C.I.C. dans le domaine de la coproduction.

[/item][item title=”Historique”]

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète est la bienvenue !

Une équipe de cinéastes quasi amateurs, vu la précarité de leur formation, produit pour la télévision de 1957 quatre émissions. L’une a pour sujet des infirmières, l’autre capture des images de maquisards en pleine attaque du fief de la colonisation, Ouenza.

Le cinéma s’organise alors selon une structure plus cohérente, par les constitutions successives d’un comité de cinéma et de Services du cinéma. Afin d’être protégés, les négatifs des prises dans les maquis sont expatriés en Yougoslavie, solidaire de la cause algérienne.

En conclusion, un climat d’insécurité plane sur la création des premières archives du cinéma algérien.

[/item][item title=”Filmographie générale”]

Article connexe : Liste de films algériens

[/item][item title=”Filmographie des coproductions “]

[/item][item title=”Principales récompenses “]

[/item] [/accordion]

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *