Conservation de la biodiversité d’intérêt mondial et utilisation des services éco systémiques dans les parcs culturels en Algérie

 

Le Projet des Parcs Culturels Algériens (PPCA) est la dénomination simplifiée du projet « Conservation de la biodiversité d’intérêt mondial et utilisation durable des services écosystémiques dans les parcs culturels en Algérie ». Ce dernier est inscrit dans le cadre de la coopération internationale entre l’Algérie et le Fond Mondial pour l’Environnement, il est cordonné par le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et exécuté par le Ministère de la Culture. 

Ce projet a été conçu pour évoluer progressivement suivant deux phases principales : La première phase (2006-2009) visait la mise en place du contexte juridique, institutionnel et le renforcement des capacités des organisations et des communautés, alors que la deuxième (2012-2019) constitue la phase de plein fonctionnement qui regroupe les activités d’opérationnalisation et de conservation.

Le PPCA est appelé à développer de «bonnes pratiques» qui guideront le développement du système national des Parcs Culturels, tout en établissant une entité centrale pour coordonner et superviser leur gestion. Basé sur la démonstration de ces bonnes pratiques dans les sites prioritaires des deux Parcs Culturels du Tassili N’Ajjer et de l’Ahaggar, les leçons seront extrapolées et adaptées aux trois Parcs Culturels nouvellement créés : le PC de l’Atlas saharien, le PC de Tindouf et le PC du Touat Gourara-Tidikelt. 

La structure mise en place pour la gestion du projet est composée par :

-Un organe Tripartite de supervision du projet, réunissant le Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère de la Culture et le PNUD ;

– Le Comité de Pilotage, formé par les parties prenantes et les secteurs concernés par le projet ;

– L’Unité de Gestion Centrale (UGC) chargée de la mise en œuvre globale du projet ;

– Les Unités de Gestion Locales (UGLs) responsables de la mise en œuvre sur le terrain au niveau des sites.

 

 

 

 

 

  Le Ministère de la Culture gère un réseau de parcs culturels qui couvre une superficie de 1.042.557km2, (soit près de 44% du territoire national), regroupant 151 communes relevant de dix wilayas localisées dans la partie Sud de l’Algérie.

 

 

        Ces parcs culturels disposent de centres d’interprétations, de musées et de ressources naturelles et culturelles avec une richesse inestimable exigeant une conservation et une valorisation d’une manière constante. Pour se faire un travail visant le renforcement des statuts des offices nationaux des parcs culturels a été engagé afin d’accroitre leur capacités d’intervention, à travers notamment la révision de la Loi 98-04 portant protection du patrimoine culturel.

 

        Le réseau des parcs culturels se distingue, à la fois, par des richesses et spécificités propres à chacun des parcs d’un point de vue naturel et culturel, et par le lien original entre la nature et la culture qu’il formalise sur le plan territorial et organisationnel.

 

        Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, un aperçu sur l’atteinte des résultats et objectifs :

 

 

 

 

 

Programme patrimoine.

 

Identification du projet

Le programme d’appui à la protection et valorisation du patrimoine culturel algérien, s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre l’Union Européenne (UE) représentée par la délégation de l’Union Européenne (CE) et la République Algérienne Démocratique et Populaire, représentée par le Ministère de la Culture, suite à la signature d’une convention de financement en date du 22/11/2012

Budget du programme                                                                      

24 millions d’Euros, dont :

21,5 millions d’Euros de contribution de l’UE

2 ,5 millions d’Euros de contribution de l’Algérie (frais de fonctionnement de la direction du programme : locaux, matériel de fonctionnement, mobilisation du personnel national….)

Nature de l’engagement du Ministère de la Culture dans le projet ,Il s’inscrit dans une perspective de la dynamisation et de mise à niveau des techniques de gestion du patrimoine culturel, dans le cadre d’un schéma national de protection et de valorisation du patrimoine culturel qui constitue la plate- forme de toute action et intervention sur le patrimoine culturel national.

L’objectif global du projet consiste en un accompagnement technique dans la mise en œuvre du programme national de protection et de valorisation du patrimoine culturel dans le cadre du schéma directeur des zones archéologiques et historiques qui s’inscrit dans le schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) à l’échéance 2030.

Cet accompagnement concerne :

Composante 1 : Renforcement de la méthodologie d’inventaire

L’inventaire est une condition et un outil de base pour la gestion du patrimoine culture.

Un état des lieux approfondi et sectoriel sur l’inventaire des trois catégories de patrimoine culturel au niveau des institutions centrales, des Directions de la culture de wilaya (DCW) pilotes (Ain Temouchent, Batna, et Tlemcen) et d’autres institutions concernées (Alger, Oran), a permis de déterminer le fonctionnement et l’avancement de l’inventoriage, dès l’élaboration de fiches à trois niveaux :

Recensement,

Pré-inventaire général du P.C

Inventaire des biens culturels protégés, afin d’arriver à des modèles adaptés tout en restant en ligne avec les orientations internationales.

Composante 2 : formation des acteurs (méthodes et outils)

Réalisation de l’état des lieux sur l’offre de formation du MFEP et sur les besoins en qualifications exprimés par la filière « patrimoine culturel »

La gestion et la connaissance en matière d’inventaire,

Formation (BET et architectes), TS et Techniciens,

Formation en direction des musées (conservation et restauration)

Conservation et valorisation en direction du patrimoine filmique et photographique

Les 12 wilayas pilotes du programme

Alger, Bejaia, Annaba, Mila, Tlemcen, Khenchela, Batna, Saida, Ain- Temouchent, Chlef, M’sila, et Skikda.

Les institutions bénéficiaires du programme

Les musées nationaux d’Alger,

Le centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historique « CNRPAH »

Le centre national de recherche en archéologie « CNRA »,

L’Office de gestion et d’exploitation des biens culturels « OGBC »,

L’Agence national des secteurs sauvegardés « ANSS »,

L’école nationale de conservation et de restauration des biens culturels « ECRPC » Les 03 projets pilotent (chantier école)

Etat d’avancement et de mise en œuvre du programme.

 

Composante 3 : Pratique de l’intersectorialité (exécution de projets pilotes exemplaires)

Différentes réunions avec l’ensemble des établissements concernés pour cadrer les activités selon les stratégies et politiques adoptés et afin d’établir les complémentarités et synergies avec d’autre initiatives planifiées pour ces sites pilotes.

Composante 4 : Valorisation et pérennisation    

Les activités suivantes ont été réalisées, pour contribuer à la valorisation et à la pérennisation du programme patrimoine :

Production de la newsletter du programme ;

Réalisation du site web du programme par le recrutement d’un webmaster ;

Réalisation d’un séminaire de lancement du programme ;

Finalisation d’une base de données presse et l’archivage de la revue de presse mensuelle dans le serveur ;

Appui dans la sélection des photos du projet «Constantine Regards croisés-patrimoine et culture » ;

Participation à la cérémonie de lancement de l’exposition ;

Formulation de recommandations sur l’implication du programme dans le cadre des événements de Constantine2015, capitale de la culture arabe ;

Conception et finalisation d’un protocole de communication pour les prestataires des marchés de service ;

 

 

 

Mise en place des instances de gestion du programme

 

-Direction Nationale du programme

-Comité de pilotage,

-Comité de programme,

-Unité d’appui du programme,

 

 

 

Rôle de la Direction Nationale du programme 

Gestion globale du programme ;

Elaboration et exécution des devis-programmes successifs ;

Passation des marchés ;

Octroi des subventions, engagement des dépenses, affectation des paiements correspondants ;

Elaboration des rapports techniques et financiers de mise en œuvre du programme.

Rôle du Comité de Pilotage

 Superviser la mise en œuvre du Programme :

Se réunir au moins deux fois par an sur convocation du MdC

Présidé par un représentant du MdC et composé au moins par représentant de :

MAE- MESRS-MFP-MdC –DP- UAP –DUE- Autres partenaires impliqués (sur invitation)

Il a pour mission :

Valider les orientations stratégiques et opérationnelles du programme ;

Superviser et approuver la bonne exécution (rapport d’activités)

Il est chargé de la :

– Coordination stratégiques du programme

 – Mobilisation des moyens

 -Impulsion politique sur l’ensemble des activités

Ses résolutions ont valeur de directives

Rôle du comité de programme

Mise en place au sein du ministère de la culture.

Mobiliser les services centraux et déconcentrés du ministère de la culture, (Agences, DCW, office centre de recherches).

Superviser la mise en œuvre du programme.

Evaluer l’avancement et de la pertinence des actions et du programme.

Composition

Directeurs centraux

Représentants du Ministre de la culture

DP-UAP

DUE (observateur)

Son rôle se situe au niveau opérationnel

Projets pilotes

Système des fortifications de la Casbah d’Alger

Medracen /Tombeau Imedghassen à Batna

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *